Confiance en soi

Etre complexée

Subsiste dans un coin de notre tête, l’espoir de devenir le type de femmes auquel nous voulons ressembler. Cette femme est la meilleure version de nous-même. Malheureusement, on constate souvent un écart entre ce que nous sommes et voulons être, et ce que nous laissons paraître de nous.

Assurément, nos complexes sont l’une des causes qui empêchent notre féminité s’exprimer. Combien de fois, j’ai entendu ma meilleure amie dire « dès que je perdrais du poids, je porterais… ». Entendre des amies se mouvoir que si elles n’avaient pas ce défaut, elles seraient (….). Ou m’être entendu dire «  si seulement j’aurais moins/ je n’aurais pas/ j’aurais plus (…) je serais plus jolie ». Réussir à s’assumer en faisant fi de ses complexes est l’objet de cet article.


Oui, mon corps est moi-même, et j’en veux prendre soin : Guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère.

Molière, Les femmes savantes

Féminine avec complexe

Marre de ne pas réussir à atteindre mon idéal féminin. J’avais pris la décision de travailler sur ma féminité, mais je devais avancer avec ce complexe qui me valait tant de remarques : ma minceur. Cela peut paraître curieux, mais j’ai grandi dans un environnement où il valait mieux pour une femme d’être ronde (mais pas trop…). Si vous avez grandi dans des cultures ouest-africaines, vous connaissez sans doute cette injonction du corps avec des formes. Voici un mini-reportage qui illustre bien cette problématique :

J’étais complexé de ma minceur et de mes jambes fines. J’évitais de porter des jupes ou des robes. J’ai aujourd’hui pris beaucoup de recul par rapport à ma minceur et c’est tellement libérateur. Je suis toujours vu comme « trop » mince d’après mon environnement. Cependant, je tire davantage de bienfaits à exprimer ma féminité comme je l’entends plutôt qu’en laissant mes complexes guider la personne que je suis. 

J’ai commencé à porter des robes, avec les jambes qui me complexaient. C’est bête, mais en portant une robe, on se sent tout de suite plus Femme. J’ai dépassé mon complexe, j’ai pris du recul sur celui-ci et il est devenu insignifiant comparé à l’image que cela renvoie d’être une femme.

Mettre la féminité à votre service

Si vous sous-estimez l’impact de votre féminité dans cette société, laissez-moi vous raconter une anecdote. Quelques semaines après avoir pris m’être prise en main : en robe, mignonne et apprêtée, je me retrouve dans un train bondé.

A ma surprise, un jeune homme assis s’est empressé de me demander si je voulais m’asseoir à sa place. Je suis jeune, en pleine forme, et il est évident que je ne suis pas enceinte. C’est la première fois que cela m’arrivait. J’ai refusé poliment. Quelques stations plus tard, la personne à sa gauche est sortie du wagon. Là encore, il s’empresse de se déplacer pour me laisser la place et insiste pour que je vienne à m’asseoir.

Avait-il remarqué mes jambes était trop fine ? Peut-être. Mais cela n’a pas d’importance. La seule chose qu’il a vue c’est une jeune fille apprêtée dans un train bondé de monde. Il a certainement trouvé cela indélicat en tant qu’homme de laisser une jeune demoiselle debout.

Aurait-il eu la même réaction si j’étais en jogging ou en pantalon, et non apprêtée ? Je ne pense pas, car dans ses yeux, je ne lui aurais pas renvoyé l’image d’une jeune fille vulnérable qu’il faut protéger. 

Ce n’est qu’une bête anecdote, mais elle reflète bien la manière dont les personnes peuvent vous traiter différemment selon l’image que vous renvoyez. C’est pour cela que je répète que la féminité est un pouvoir, et qu’il faille en tirer bénéfice. Il importe peu que vous vous jugez trop fine, trop ronde, que vous ayez une bosse sur le nez, un front large, des fines lèvres… Dès lors que vous dégagez de la féminité, votre aura est le pouvoir qui fera que les personnes autour de vous vous traiteront bien. N’aspirons pas à être traitées comme des princesses?


Il est difficile de vaincre ses passions, et impossible de les satisfaire.     

Mme de la Sablière  

Quand on n’a pas ce que l’on aime, il faut aimer ce que l’on a.

Bussy-Rabution

Surmonter l’obstacle du complexe

Je pense qu’attendre de devenir son idéal pour s’assumer en tant que femme est une erreur. La féminité est une arme si puissante, qu’elle pourra faire disparaître vos complexes. Au moment où j’écris cet article, il se peut que vous ne soyez en rien complexés par vos corps. Malgré les injonctions des magazines féminins, toutes les femmes ne sont pas complexées. On nous pousse à croire que si, que cela est normal, mais de quoi s’enrichirait l’industrie de la beauté si nous nous sentions toutes biens dans vos corps ? Ne soyez donc pas obnubilée par le fait de vous trouver un complexe.

Cependant, si vous vous sentez mal dans votre peau, je n’écris même pas cet article pour vous enjoindre d’arrêter d’avoir des complexes. Je suis une personne assez pragmatique, vous avez des complexes ? Soit. On fait avec. Heureusement, les complexes (et un tas d’autres obstacles) n’empêchent pas de réussir sa vie professionnelle, personnelle ni amoureuse. Bien sûr, vous débarrasser de vos complexes rendra la tâche plus simple. Cependant, je pense que nos complexes ne doivent pas nous empêcher de développer notre féminité.

Il n’y a aucun complexe physique qui puisse être un frein à votre féminité. En tant que femmes, vous avez toutes le pouvoir de tirer avantage de votre féminité. Mon expérience m’a appris à ne pas poser de conditions pour devenir la femme que je voulais être.


Une laide est plutôt coquette qu’une belle ; elle agace les hommes et l’autre les attend.

Sainte-Beuve

Découvrez comment jouer de son apparence avec ma série d’article beauté et apparence. Le premier article de cette série traite des différentes perceptions de la société selon votre coupe de cheveux.

N’hésitez pas à partagez vos expériences en commentaire et vous inscrire à la Newsletter pour ne rater aucun article.

Laisser un commentaire